samedi 16 décembre 2017

A l'approche de Noël - #RDVAncestral décembre 2017



Pinterest
 
En ce mois de décembre, comme beaucoup, je suis en plein dans les cadeaux de Noël pour mes proches. Et pour mes parents, suite à une remarque du genre « Je ne comprends rien à ton logiciel mais j’aimerais bien t’aider », j’ai cherché une idée originale pour leur présenter leur généalogie et j’ai donc décidé de leur offrir à chacun un livre généalogique. 

www.livre-genealogique.fr

Mais bien sûr, je compte bien leur offrir entièrement complété, du moins complété en fonction de l'avancée de mes recherches à ce jour. 
 
Et donc, depuis 10 jours, je suis en rendez-vous ancestral quasi quotidien avec 64 ancêtres de chacun de mes parents, donc avec 128 de mes ancêtres. 

Je rencontre donc à nouveau des ancêtres proches ou plus éloignés, certains que je connais bien parce que j’ai eu la chance de les côtoyer (bonjour mémé!, bonjour mamie!), certains que j’ai l’impression de connaître car j’ai beaucoup étudié leur vie (bonjour mon cher Georges!, bonjour Pierre!) et d’autres que je ne connais que par leur nom, sans aucun autre élément de vie  (bonjour Elisa!, bonjour François!).

Je rencontre également leurs frères et sœurs, souvent nombreux. 

Je remarque certains détails passés jusque là inaperçus, comme ces frères portant le même prénom et que je soupçonne d’être en réalité un doublon.

Je me surprends à leur parler, à leur poser des questions (Dis donc Philomène, tu ne voudrais pas me donner une indication sur ton lieu de décès, je n’ai plus trop d’idée où chercher...? Et toi ma petite Louise, est-ce que tu as eu d’autres enfants? Deux seulement séparés de quinze ans, ça m'étonne vu l'époque. Bon, je vais les noter au crayon de papier, ce sera mieux si je dois modifier...). Malheureusement, ils ne me répondent pas beaucoup en ce moment, ils doivent être occupés ailleurs...

Et enfin, il y a tous ceux dont j’ignore tout, même le nom, et qui me font laisser des pages blanches dans ces livres. Et j’avoue que j’ai comme un pincement au cœur en tournant ces pages sans rien y inscrire...

Malgré tout, ces petits rendez-vous me donnent le sourire et me font aimer de plus en plus la généalogie. D'abord, les pages blanches me font présager des heures et des heure de recherches et de belles découvertes.Ensuite, je me sens proche de tous ces gens, j’ai de l’affection pour eux, même les plus anciens et même ceux dont je ne sais rien, liés que nous sommes par les liens du sang (du moins, parfois, les liens du sang officiels...).

Je me doute bien qu’ils sont moins parfaits que la représentation que je me fais d’eux. Pour certains, j’en ai même la preuve mais il m’est impossible de les juger. Je n’ai pas vécu leur vie, à leur époque, avec les difficultés de toutes sortes qu’ils ont pu rencontrer. Et même si les archives sont riches en France, je ne peux m'empêcher de penser que je ne saurai jamais complétement ce qui a pu les conduire à agir de telle ou telle façon. 

Bon, toutes ces considérations sont bien belles, mais les livres ne se remplissent pas tout seuls! Il faut que j'y retourne si je ne veux pas finir pendant le réveillon du 24, alors que ma famille dévorera la bûche... 

Archives personnelles

Dans les pas de mes ancêtres… #RDVAncestral juillet 2018

Il y a un mois, j’étais en vacances en Bourgogne pour participer à un festival de spectacle vivant. Après le festival, j’ai fait ma pe...