lundi 25 septembre 2017

Ma mémé Philomène à moi

 
Il y a quelques temps, comme cela arrive souvent, un vent de folie a traversé le Twitter généalogique. Les mémés Philomène ont surgi de partout, de tous les coins de France et de Navarre, et même d'outre-atlantique. Un hashtag est né : #TeamPhilomène

Et il se trouve que j'ai, moi aussi, MA Philomène : Philomène VIENOT, mon arrière-arrière-grand-mère paternelle.  

Jeanne Philomène Vienot. Collection personnelle

Ma mémé Philomène est née le 9 octobre 1838 à Voillans, près de Baume les Dames, dans le Doubs. Son nom complet est Jeanne Philomène Vienot, mais son prénom usuel est bien Philomène, comme en atteste sa signature. 

AD Paris, XIème arrondissement, 1877, V4E 3972 vue 11

Elle est la fille naturelle de Jeanne Baptiste Vienot, couturière de 20 ans domiciliée à Voillans. 

Pour une raison que j'ignore encore, elle monte à Paris où je la retrouve pour son mariage avec Cyrille Paget, à la mairie du XIème arrondissement le 15 novembre 1877. Elle est alors âgée de 39 ans et habite 52 rue de Montreuil, dans cet arrondissement et n'exerce pas de profession. 

Il s'agit de son premier mariage mais du second pour Cyrille, cocher de fiacre domicilié au 36 rue de la Roquette. Cyrille est également franc-comtois : il est né à Doucier, dans le Jura, le 20 décembre 1823.

Cyrille Paget. Collection personnelle

Ce couple est le premier de ma lignée paternelle à quitter la Franche-Comté et fonde mon ascendance parisienne. 

Ensemble, ils auront un enfant, François Gustave Paget, né le 3 mars 1881, au 110 rue de la Roquette, toujours dans le XIème arrondissement de Paris. Il s'agit de mon arrière-grand-père. 

François Gustave, soldat pendant la Guerre du Tonkin. Collection personnelle

Je ne sais encore ni où ni quand est décédée ma mémé Philomène. Mon grand-père, qui a réalisé une partie de son arbre généalogique à une époque où internet n'existait pas, avait simplement indiqué une date : 1893. 

J'ai écumé les tables décennales de tous les arrondissements parisiens pour les décennies 1883-1892 et 1893-1902 sans y trouver son nom...

Je continue de chercher mais je crains qu'elle et son mari ne soient repartis dans le petit village du Jura berceau des Paget, pour leurs vieux jours. Et, si c'est le cas, je suis dépendante du bon vouloir des AD quant à la mise en ligne des registres...

Affaire à suivre...

Edit du 12/02/2018:
Lors de la mise en ligne des registres d'état civil de la totalité des communes du Jura par les archives départementales, je me suis précipitée dans ceux du petit village dont je vous parlais précédemment. J'ai finalement trouvé la date de décès de ma mémé Philomène mais manque de chance (encore...), les registres d'état civil sont numérisés jusqu'en 1892! Et les TD m'indiquent qu'elle est décédée le 24/05/1893.
Mais grâce à l'entraide généalogique de FranceGenWeb, je viens de recevoir une copie de cet acte. Je remercie d'ailleurs encore une fois ici les bénévoles jurassiens pour leur rapidité et leur efficacité.

Fin du mystère donc : Ma mémé Philomène est bien décédée le 24 mai 1893 à l'âge de 54 ans, dans le village du Vaudioux, où elle s'était retirée quelques années auparavant avec sa famille. Elle laisse d'ailleurs un petit garçon de 12 ans orphelin.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une carte en souvenir de ma grand-mère #Généathème avril 2018

L’un des #Généathèmes proposés par Sophie BOUDAREL pour le mois d’avril m’a fait éprouver des sentiments contradictoires : l’inspiratio...